• Code :19
  • Address: Saint-Esprit , Bel-Air/Rivière-Sèche
  • Tel: 419-2424
  • Fax: 419-1460
  • Juice number: 57000019

Etape 1

Pour contribuer à l’autofinancement , veuillez remplir la fiche d’engagement et pour ceux qui contribuent par virement bancaire, il faut aussi remplir la fiche “Ordre de transfert bancaire” et les envoyer au Secrétariat de la Paroisse.

Vous pouvez aussi numériser la fiche d’engagement dûment remplie et envoyer par courriel à la paroisse.

Comment pouvez-vous nous aider?

Par votre engagement dans la durée à donner financièrement ou à donner de votre temps pour une période déterminée.

Situation Geographique

Bref Historique

1849 : Mgr. Collier érige la paroisse Saint-Esprit. Dans cette region des bas de Flacq où les nouveaux missionnaires spiritains sont actifs, ils travaillent surtout avec des paroissiens engagés dans des activités rurales. Le fondateur de la paroisse, le Père Denis Spelissy cs. sp. est un prêtre
irlandais de 26 ans. Il ne s’établit pas à Rivière Sèche mais aux Trois Ilots.

Malade il part pour l’Europe, mais retourne une année après. En 1852, Mgr. Collier lui écrivait: « A mon avis, aucun prêtre n’aurait pu
travailler plus ardemment et avec de meilleurs résultats que vous, depuis que cette paroisse vous a été confiée. » Miné par la fièvre il est obligé de quitter la colonie. Mgr. Hankinson écrira de lui au Gouverneur : « jamais missionnaire plus zélé, plus prudent, plus désintéressé ne vint dans cette Ile». Il consacre sa fortune personnelle pour le mieux-être de sa paroisse.

1854 : Décision prise d’élever l’église paroissiale à Rivière Sèche au croisement des deux principales voies de communication du quartier. La Fabrique achète un terrain de 3 arpents.

1854 : Les travaux commencent.

1855 : Mgr. Collier consacre un premier sanctuaire.

1864 : Bénédiction de 4 cloches dont une a été donnée en 1940 à la chapelle d’Olivia. L’église de Bel-Air est agrémentée d’un beffroi pour y loger le carillon qui est longtemps resté la plus belle sonnerie de Maurice. La paroisse est dotée d’une infirmerie, d’une école gratuite, d’un couvent.

1865 : Le père Benjamin Dorbec, un autre spiritain de 38 ans, met en
train la reconstruction de l’église pour en faire la plus vaste et la plus belle du pays. Il se fait architecte, entrepreneur, surveillant; les travaux sont soignés mais avancent lentement. Une paralysie des jambes l’oblige à la retraite. Il meurt à 71 ans en 1892, est inhumé au cimetière de Trois Ilots, mais ses restes ont ramenés en 1927 dans le choeur de l’église en
reconstruction.

1892 : Le cyclone fait un désastre : seuls subsistent les 2 tours et quelques parois de mur.

1926 : Mgr. Leen pose la pierre angulaire de la nouvelle église. L’historique de la paroisse est racontée par le Père Pivault c.sp.. Les
travaux sont confiés à M. Lesur qui conserve les tours et la partie de la façade épargnée par le cyclone.

1927 : Inauguration de l’église reconstruite avec des chemins de croix peints par Xavier Le Juge de Segrais.

1952 : La paroisse du Saint-Esprit passe au clergé séculier avec l’abbé Trublet-Raoul comme curé.

1960 : Le cyclone Carol enlève 1/5 de la toiture.

1. La Chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours, à Trou-D’Eau-Douce

1665 : Le village de Trou-d’Eau-Douce est fondé par les Hollandais.

1831 : Mgr Slater nomme Hippolyte Deroullede, premier prêtre mauricien ordonné en 1821 responsable des districts du nord et de l’est. L’abbé Deroullede fait sa résidence à Poste-de-Flacq, à mi-chemin de son territoire de mission qui s’étirait de Poudre-d’Or à Grande- Rivière-Sud-Est. Huit années durant, de 1831 à 1838, en apôtre
intrépide et infatigable, il se dépense au service de la population de Rivière-du-Rempart et de Flacq. Il parsème de chapelles le littoral dans l’est de l’île à Poudre-d’Or, à Poste-de-Flacq, à Trois-Ilots, à Rivière- Sèche, à Quatre-Cocos. Il catéchise, tantôt en français, tantôt en créole. Il venait aussi répondre aux appels des malades et pour les enterrements.
Comment se déplaçait-il? « Ma calèche, ce sont mes jambes!», disait-il.

Chapelle et école primaire: De sa résidence de Poste-de-Flacq, l’abbé se rend régulièrement à Trou-d’Eau-Douce pour la messe et le catéchisme. A Trou- d’Eau-Douce, il a fait ériger une chapelle en bois, occupant l’emplacement entre la salle-d’oeuvre et l’actuelle chapelle, à angle droit avec celle-ci. Il ouvre aussi une école gratuite.

Le 27 septembre 1833, Mgr William Morris o.s.b., vicaire apostolique, procède à l’inauguration solennelle de la chapelle, dédiée à Notre- Dame-de-Bon-Secours. Ce fut la toute première messe pontificale célébrée dans l’endroit.

1844 : la chapelle est dotée d’un chemin de croix, don de Mme Artus.

1849 : Mgr W. Collier avait scindé le territoire de Saint-Julien pour ériger la paroisse du Saint-Esprit. Les localités de Trou-d’Eau-Douce et de Quatre-Cocos sont alors attachées à la Paroisse Saint-Esprit. Dans les années cinquante, la chapelle est réparée et même agrandie, sous l’impulsion de l’abbé Denis Spelissy, le premier curé de la paroisse Saint-Esprit.

1869 : Sous le pastorat de l’abbé Louis Benjamin Dorbec, Trou-d’Eau-
Douce est proclamé village.

1892 : Le violent cyclone des 28-29 avril 1892 rase la chapelle jusqu’au niveau du sol.

1892 : Madame Frédéric Montocchio, née Mary Allendy, veut travailler
à la reconstruction de la chapelle, en témoignage de reconnaissance au Seigneur. Car, pendant le terrible cyclone, elle et son mari – couple sans enfant – avaient frôlé la mort de très près dans leur campement à l’Ile-aux-Cerfs. Toutefois le chantier avança lentement.

1897 : La reconstruction de la chapelle est achevée! La construction avait coûté Rs. 25,000.

Le samedi 3 juillet 1897 : Mgr Peter O’Neill o.sb., évêque du diocèse,
vient présider lui-même la cérémonie d’inauguration: messe le matin à 8 heures et procession du Saint Sacrement l’après-midi à 15 heures : « Le nouveau sanctuaire, qui conserva son vocable initial de Notre-
Dame-de-Bon-Secours, se dressait désormais dans le décor du village marin comme un ouvrage très remarqué. Avec ses murs tout en blocs basaltiques rectangulaires, ses angles, sa porte et ses fenêtres ogivales en pierres de taille, avec sa façade agrémentée d’oeils de boeuf rosacés, son pignon percé par la niche qui abrite une statuette de la Vierge, avec son comble en bois recouvert de bardeaux, avec de tels traits distinctifs, cette chapelle appartient au style architectural qui caractérisa les édifices religieux qui surgirent du sol mauricien à la fin du siècle dernier.»

1977: L’abbé Léonce Trublet Raoul agrandit l’église par l’ajout de deux ailes en béton.

1990 : Consécration de la chapelle reconstruite de Notre-Dame-de- Bon-Secours. M. Marcel Lagesse, architecte, peintre et fondateur, en 1963 de l’usine Miroverre, s’est servi de tous ses talents pour metre en valeur les pierres du pays et pour doter ce bijou architectural de vitraux diffusant une magnifique lumière bleue apaisante et propice au recueillement.

2. Chapelle Notre-Dame-de-Banneux à Beau-Champ

1957 : La propriété de Beau-Champ met un terrain à la disposition de la paroisse.

1959 :

Consécration de la Chapelle Notre-Dame-de-Banneux ouverte, grâce à la générosité de la famille Dalais pour desservir les regions autour de Grande-Rivière-Sud-Est.

3. Chapelle Ste Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Olivia

1937: Achat du terrain pour l’école et la cour. Il n’y avait pas de sanctuaire à Olivia, seulement une école catholique primaire gratuite pour les enfants du village.

14 mai 1939 : Père Ronald Gandy procéde à la bénédiction de l’emplacement de la future chapelle et dédie la future église à Sainte-
Thérèse.

8 octobre 1939 : Le dimanche qui suit la fête de Sainte-Thérèse-del’Enfant- Jésus, Mgr. Leen vient lui-même inaugurer la chapelle.

1940 : La chapelle reçoit son Chemin de croix. Une des quatre cloches du carillon de l’église Saint-Esprit de Bel-Air est installée à Olivia. La tribune est aussi construite en 1941.

1964 : 25ème anniversaire de la chapelle

4. Chapelle Christ-Roi, à Clémencia

1978 : Consécration de la chapelle dédiée au Christ-Roi.

5. Chapelle Marie-Étoile-de-la-Mer à Quatre-Soeurs

1974 : Consécration de la chapelle construite grâce à la générosité de
M. Descelles dans le village de Quatre-Soeurs.

Responsabilité de l'équipe l'Autofinancement

CONSCIENTISATION DE TOUS LES BAPTISÉS

Chers Baptisés,

Le saviez-vous?

L’Eglise vit de nos dons. Elle accomplit sa mission grâce à notre générosité.
Annoncer l’évangile, célébrer le Christ et servir la société et chacun de ses baptisés entrainent beaucoup de dépenses.

Pour faire face à ces dépenses l’Eglise demande à chacun d’entre nous, de nous engager, dans la durée, pour la soutenir financièrement, à travers l’autofinancement.

Quel que soit le don, c’est le geste qui compte. Il n’y a pas de petits dons, l’important est que chaque baptisé contribue régulièrement à l’autofinancement paroissial.

Ce n'est pas seulement l'équipe de l'Autofinancement qui a la responsabilité de conscientiser les baptisés, mais c’est aussi à chacun d’entre nous de le faire : dans notre famille, parmi nos amis, nos voisins et nos connaissances.

L’expérience montre que, plus les paroissiens sont engagés, plus la paroisse est vivante et peut offrir plusieurs services aux fidèles.

Merci pour votre Coup de Pouce.

Budget de Fonctionnement 2017

Les frais pastoraux comprennent les frais pour les services suivants: La liturgie, la catéchèse et les services caritatifs.

Les recettes de la paroisse, provenant essentiellement de la contribution des fidèles, nous ont permis de couvrir les dépenses courantes : salaires des employés, frais pastoraux, entretien des bâtiments et autres dépenses.
Toutefois elles sont insuffisantes pour couvrir les dépenses capitales et permettre la réalisation des projets de la paroisse.