• Code :12
  • Address: Saint-Michel , Grand-Gaube
  • Tel: 288-9018
  • Fax: 288-0083
  • Juice number: 57000012

Etape 1

Pour contribuer à l’autofinancement , veuillez remplir la fiche d’engagement et pour ceux qui contribuent par virement bancaire, il faut aussi remplir la fiche “Ordre de transfert bancaire” et les envoyer au Secrétariat de la Paroisse.

Vous pouvez aussi numériser la fiche d’engagement dûment remplie et envoyer par courriel à la paroisse.

Comment pouvez-vous nous aider?

Par votre engagement dans la durée à donner financièrement ou à donner de votre temps pour une période déterminée.

Situation Geographique

Bref Historique

Le peuplement de Grand-Gaube a commencé autour des années 1793 à 1822, quand quelques paysans ont commencé à s’établir pour cultiver la canne à sucre et faire fonctionner le moulin. En 1835, après l’abolition  de l’esclavage, beaucoup d’affranchis ont préféré quitter la terre et se diriger sur la côte pour exercer le métier de pêcheurs. Grand-Gaube s’est ainsi développé en port de pêche et la construction des barques.

Jusqu’aujourd’hui, les habitants de Grand-Gaube ont une grande réputation en tant que pêcheurs, charpentiers de marine ou encore « maçon roche ». Certains des pêcheurs ont préféré se recycler dans des métiers qui leur permettent d’organiser des excursions en mer pour les touristes.

Entre 1892-1915 : Une chapelle est ouverte sous le vocable de St-Michel.
1915 : Fondation de la paroisse de Saint-Michel à Grand-Gaube. La paroisse prend alors une telle extension, qu’elle devient vite plus importante que la paroisse Notre-Dame-de-la-Salette, laquelle lui est
rattachée le 7 juillet 1919.

1917 : Les Filles de Marie arrivent à Grand-Gaube deux ans après la
fondation de la paroisse. Une de leurs premières tâches est d’ouvrir une école primaire : l’École Saint-Michel.

1921 : Agrandissement de la chapelle et en même temps que se fait la
construction d’un plus grand presbytère.

1934 : Les fidèles sont de plus en plus nombreux: l’Abbé Albert Glorieux fait allonger la nef de 19 pieds et ériger le porche et le clocher. Il ajoute un transept, avec deux bras de16pieds sur 16, donnant au sanctuaire la forme d’une croix latine.

1935 : Réouverture de l’église agrandie de Grand-Gaube. Père William Moriarty – curé de 1949 à 1960 – entreprend une œuvre d’embellissement de grande envergure. Dirigeant une équipe d’ouvriers locaux, sans contremaître, il rénove lui-même l’édifice.

1959 : Les fidèles célèbrent la fête patronale dans un sanctuaire complètement remis à neuf.

1960 : Sous la violence du cyclone Carol, le toit de l’église est emporté.

1969 : Père Jean Eon, le nouveau curé, aménage le choeur face au peuple. Dès son arrivée à Grand-Gaube, il entreprend les travaux :
« Rénovation en tous points remarquable, alliant la richesse de la pierre colorée à la sobriété du dessin de l’autel, du tabernacle et de l’ambon. Lesplus habiles ouvriers de la paroisse contribuèrent à en faire un véritable chef d’oeuvre en son genre. Henri Mathieu, André Nelson et Louis Francis se chargèrent de l’autel et de l’ambon, tandis qu’Antoine Bahadoor assemblait le socle en pierres que surmonte le tabernacle. »

1971 : La paroisse fait l’acquisition d’un terrain de 28 perches, à côté
de l’église, en vue de construire le Centre Paroissial, Léon Leclézio, inauguré le 13 décembre 1974.

26 septembre 1975: Bénédiction par Mgr. Jean Margéot, de la cloche
en bronze commandée à la fonderie Blanchet & Cie. (France) de 55 centimètres de diamètre, pesant 100 kilos, sous le nom de «Marie- Michèle.

1981 : Inauguration de l’école paroissiale Jean Éon qui a été par la suite, reconstruite avec l’aide du gouvernement français.

1999 : De substantiels travaux ont été entrepris pour rénover l’église.

Une chapelle est rattachée à la paroisseNotre-Dame-Auxiliatrice de Cap-Malheureux

1938 : Construction de la chapelle à la toiture rouge dédiée à Notre-Dame-Auxiliatrice. Une des plus belles de Maurice avec son
architecture à colombage et son élégant clocheton se détachant sur le fond de la mer.

Responsabilité de l'équipe l'Autofinancement

CONSCIENTISATION DE TOUS LES BAPTISÉS

Chers Baptisés,

Le saviez-vous?

L’Eglise vit de nos dons. Elle accomplit sa mission grâce à notre générosité.
Annoncer l’évangile, célébrer le Christ et servir la société et chacun de ses baptisés entrainent beaucoup de dépenses.

Pour faire face à ces dépenses l’Eglise demande à chacun d’entre nous, de nous engager, dans la durée, pour la soutenir financièrement, à travers l’autofinancement.

Quel que soit le don, c’est le geste qui compte. Il n’y a pas de petits dons, l’important est que chaque baptisé contribue régulièrement à l’autofinancement paroissial.

Ce n'est pas seulement l'équipe de l'Autofinancement qui a la responsabilité de conscientiser les baptisés, mais c’est aussi à chacun d’entre nous de le faire : dans notre famille, parmi nos amis, nos voisins et nos connaissances.

L’expérience montre que, plus les paroissiens sont engagés, plus la paroisse est vivante et peut offrir plusieurs services aux fidèles.

Merci pour votre Coup de Pouce.

Budget de Fonctionnement 2017

Les frais pastoraux comprennent les frais pour les services suivants: La liturgie, la catéchèse et les services caritatifs.

Les recettes de la paroisse, provenant essentiellement de la contribution des fidèles, nous ont permis de couvrir les dépenses courantes : salaires des employés, frais pastoraux, entretien des bâtiments et autres dépenses.
Toutefois elles sont insuffisantes pour couvrir les dépenses capitales et permettre la réalisation des projets de la paroisse.